Dublin: les conclusions

Que retenir de ces deux journées de travail très fructueuses ?

–         Nous devons nous accorder sur les stratégies à développer face aux politiques d’austérité de l’Europe et de ses Etats membre.

  • Cela veut dire renforcer et construire des nouvelles alliances autour des thématiques concrètes et des droits sociaux et humains et sur les aspects du pacte redistributif. Cela veut dire renforcer et enrichir la solidarité. (Le contrat social pour le logement en France et « Claiming our futur » de Mary Murphy qui croise durabilité, équité et démocratie)
  • Agir a la fois  dans chaque pays que sur le plan européen.

–        Car il faut réinvestir l’Europe. Il ne faut pas déconstruire l’Europe mais la renforcer. Promouvoir une Europe réellement démocratique et construire une Europe sociale pour résister aux tentations du marché de déconstruire nos modèles sociaux.

–        D’autres idées fortes ont émergé de nos deux jours de travail. J’en pointerai deux, particulièrement.

  • Un logement décent, un revenu minimum, la santé sont des droits fondamentaux. Il faut donc lier les prestations sociales aux droits de l’homme et il ne peut être question de les conditionner (à du bénévolat par exemple).
  • Je ponterai aussi la stratégie de la redistribution avancée par Guy Standin qui plaide pour un revenu de base inconditionnel. Je pense qu’il nous faudra y réfléchir encore, notamment à la lumière de ce qu’avance Mahmood Messkoub : un système universel ne coûte pas forcément plus cher. C’est surtout un système qui repose sur une solidarité renforcée réinventée.

–         Pour réinventer la solidarité nous devons renouveler nos stratégies : les mouvements sociaux doivent êtres moteurs d’innovation sociale. Ils doivent êtres attentifs aux nouvelles initiatives et revendications.

–        Face à l’ampleur de la crise, il n’y a pas de temps à perdre. Plus que jamais, il faut renforcer nos alliances.

Advertisements